La quête identitaire se traduit par un besoin de connaitre une histoire véridique. Pourquoi y a-t-il eu séparation ?  Comment suis-je arrivé dans mon pays d'adoption ? Mes parents et/ou frères biologiques savent-ils que j'existe ? Quelles sont les pistes possibles pour me rapprocher de mon histoire ?

Adopté par le biais d'une crèche, d'un hôpital, d'une association ou d'un réseau privé, l'accès  à nos origines est très limité. En effet, nos dossiers pré et post adoption comportent souvent des noms de parents biologiques empruntés, des dates de naissances approximatives, des lieux d'archivage peu accessibles et des intermédiaires encore frileux de dévoiler les informations.

Face  à une telle réalité, nous proposons plusieurs pistes de soutien: apaiser le non-dit, reconnaître la séparation d'avec la famille biologique et de la culture d'origine dans le contexte particulier du Liban, échanger sur nos parcours, conseiller et accompagner des recherches approfondies lorsqu'elles sont souhaitées.

FEDERER:

Tous nés et adoptés du Liban, nous nous retrouvons dans des pays ayant eu des relations privilégiées avec notre pays d'origine avant et après la guerre qui a débuté en 1975. Nous avons transité dans un contexte où l'accès aux origines, les règles et les enjeux de l'adoption internationale nous ont souvent éloigné de nos histoires. Aujourd'hui, de France, de Suisse des Etats-Unis, de Hollande et d'ailleurs, nous nous rencontrons à Beyrouth. L'idée de nous rassembler et de fédérer toutes les personnes nées au Liban mais dispersées à travers le monde par l'adoption internationale est une de nos priorités.

Hollande:

"Children of the Cedars" permet des échanges entre personnes adoptées, l'association organise aussi des voyages au pays natal.

France

"Origines Liban" permet des entraides pour des recherches de familles biologiques dans le cadre d'un cercle fermé respectant la mère biologique et la personne concernée.

"Terre Libanaise" est une communauté facebook créée par l'adulte adoptée, Emanuelle Rabouan, qui partage régulièrement des informations actuelles quand à l'adoption internationale.

Etats-Unis:

Le chercheur et porte-parole, adopté du Liban, Daniel Drennan, dénonce et explore les enjeux économiques de l'adoption internationale. 

Liban:

"Badael-alternatives", ONG qui milite pour le droit aux origines et la réforme du système de placement d'enfants au Liban.

 

PARTAGER:

Depuis les rencontres, on se raconte. Quelle crèche ? Quel hôpital ? Quel avocat ? Quelle année ? Partager nos histoires est fondamental pour nous encourager à  enfin en parler.

Mot-clé: l'entraide.

Le Liban ne dispose d’aucune législation civile pour réglementer les placements d’enfants et les adoptions. L'accès aux origines est d'autant plus difficile.

L’entraide et la discrétion sont les mots d'ordre qui se sont naturellement imposés. Il s’agit bien de partager entre nous et pour nous sans se focaliser sur les médias, sans porter un jugement accusateur sur les institutions, en restant vigilant sur les associations, organisations ou individus en quête de sujets brûlants. 

 

ACCOMPAGNER:

La quête identitaire prend souvent le temps d'une vie. Certaines personnes préfèrent ne pas en parler. D'autres ont besoin de la raconter. Quelle que soit l'étape de la quête et le souhait ou non d'une recherche à proprement dite, nous proposons une écoute individuelle sur le parcours de chacun. Entreprendre une quête identitaire peut être aussi intéressant que douloureux. Il s'agit de réfléchir ensemble aux besoins et aux accompagnements possibles au sein de notre équipe mais aussi avec des intervenants de l'extérieur : spécialistes, psychologues, avocats, traducteurs… Un partenariat spécifique avec Espace-A permet de profiter d’un service officiel déjà référencé et spécialisé.